L'usine de Dora et ses travailleurs.
Ingénieurs et Meisters (Maîtres).
Les ingénieurs et les Meisters sont des civils, allemands pour la plupart, chargés de contrôler le travail des Kommandos de détenus les plus sensibles, c'est à dire ceux qui travaillent sur des pièces maîtresses de la fusée.

Ils font en sorte que les détenus et les Kommandos soient productifs et que le travail soit le plus correct possible. Ils ont à cœur de faire tourner l'usine.

Si certains Meisters sont bienveillants, d'autres sont indifférents voire hostiles et laissent les Kapos et la SS faire la discipline chez les détenus.

Quelques civils sont également responsables des Transportkolonnen et font montre d'une discipline de fer, frappant parfois les détenus.

SS et Kapos.
Le Kapo est un détenu lui-même, surveillant les autres et rendant des comptes à la SS s'il ne parvient à maintenir l'ordre et la discipline dans son Kommando.
Ils sont plusieurs à Dora mais André SELLIER et Léon DELARBRE, deux anciens détenus évoquent un Kapo en particulier: Georg Finkenzeller.
  • Cet Oberkapo a en charge le Kommando Haukohl. C'est un Vert, ancien légionnaire, déporté à Mauthausen, puis à Buchenwald et enfin à Dora.
  • "Il est le Grand Georges (...). Il promène à travers les halls où opérent des détenus sous sa responsabilité sa haute silhouette voûtée, l'eoil aux aguets, la lippe pendante, la gummi dissimulée derrière le dos, prête à entrer en action à la moindre incartade. Les Russes sont sa bêtes noires; il ne leur laisse rien passer."
    Amate, in André SELLIER, op.cit, p.153

Il est le Kapo représenté par Léon Delarbre:

lede05dorakapo.jpg (15961 octets)
Dessin de Léon Delarbre, décembre 1944, Dora,
"Le Grand Georges, Kapo général, une des plus belles brutes au service de la SS"

Mais la principale terreur du Tunnel et du camp reste la SS et notamment le SS Busta dit "tête de cheval". Il est décrit comme une brute rôdant d'une galerie à l'autre , au Tunnel du matin au soir, frappant sans vergogne et écrivant des rapports pour alourdir les sanctions.

Dans le Tunnel, la sanction minimale correspond à 25 coups de schlague dans le dos.

A l'extérieur du Tunnel, les SS et leurs chiens préviennent toute évasion, et fusillent immédiatement ceux qui sont pris a tenter "la fille de l'air".

Pour la SS, Dora est un camp comme les autres. Il doit donc y avoir l'Appel tous les jours par tous les temps à l'entrée du Tunnel tant que le camp n'est pas établi.

Ensuite, la SS considère la main d'œuvre comme sienne. Après le travail des détenus dans le Tunnel, elle les emploie la nuit ou par équipe à l'édification du camp SS.

Les paradoxes de l'usine du Tunnel

L'usine de production des V2 est dans une situation qui est paradoxale à plus d'un titre:
  • D'abord, la production des armes de représailles que sont les V1 et les V2 sur lesquels le Reich fondait ses espoirs sont confiés à des détenus, considérés comme les pires ennemis du régime, et donc peu enclins à fabriquer ces machines de mort
  • Ensuite, l'usine était sous l'influence partagée de civils , techniciens et ingénieurs, soucieux de produire les meilleures pièces dans des conditions et avec un rendement satisfaisants, tandis que la SS y voyait une annexe du camp avec des concentrationnaires à exploiter, et à éliminer pour en finir avec les "ennemis du Reich" et pour préserver le secret de la production.