Les Blocks de Dora.

Au 1er novembre 1944, le camp de Dora-Mittelbau devient autonome et cesse de dépendre de Buchenwald même si les relations avec ce dernier restent étroites. L'administration interne du camp est laissées aux détenus Rouges  ou Verts, c'est à dire politiques allemands ou criminels de droit commun allemands. Mais ils sont trop peu nombreux pour contrôler la cellule de base qui est la direction des Blocks.
La vie dans les blocks.


Source: Anne Le Fur, in André SELLIER,
op.cit. p.505.

dorabarraque.jpg (38730 octets)
une baraque à Dora
Source: association Buchenwald-Dora.

Les Blocks sont des baraques en bois à Dora avec leur équipement sanitaire et autre. L'entrée est au milieu de la façade et le bâtiment comporte deux ailes dites Flügel.

Dans chaque aile, il y a deux salles successives:

  • la première salle sert de réfectoire avec des tables et des bancs de bois
  • la seconde constitue le dortoir avec des châlits de bois sur 2 niveaux.

Chaque aile est chauffée par un poêle qui est situé dans le réfectoire.

La partie centrale du block est constituée de sanitaires.

Une partie importante des Blocks de Dora est occupée par des spécialistes du Tunnel qui travaillent dans des Kommandos aux effectifs stables. Cela permet aux détenus de prendre leurs habitudes dans un Block. Lorsque les juifs et les tziganes viendront d'Auschwitz à Dora en 1944-1945, de nouveaux baraquements seront construits au fond du camp alors que ceux qui travaillent dans les Tunnels restent proche de la place d'appel.

Le Block est avant tout un dortoir, et le rôle du blockältester (doyen du block) et des deux Stubendienst (responsables d'ailes ) est de faire régner la discipline et la propreté.
C'est aussi au Block que la soupe est servie et que les rations sont distribuées. Le chef de block et son entourage prennent un certain pourcentage en plus sur la ration des autres, plus ou moins discrètement.

La maigre ration des détenus encourage les vols, de pain surtout. Les colis destinés aux détenus  sont également sujets au vol et au prélèvement du chef de block. Certains détenus font un usage habile de leur colis e-t s'assure des protections par ce qui peut constituer une précieuse monnaie d'échange.

La vie quotidienne du Block dépend en grande partie de la personnalité du doyen de block, le plus souvent un détenu allemand, qui peut amadouer le gardien SS chef du Block (Blockführer) chargé de l'inspection de la baraque et des papiers  tenus par le Schreiber (secrétaire du block)