La Création du camp de Dora
La géographie du camp.

le Harz
La Situation de Dora sur le Harz,
André Sellier, op.cit p.502

" Le 26 août est décidé le transfert de l'usine de production des fusées dites V1 et V2 dans un ensemble souterrain creusé dans la colline du Kohnstein, au sud du Harz, massif hercynien de montagnes boisées, de collines et de dépressions.
Le point culminant du Harz, le Brocken atteint 1142 mètres, mais le plateau se situe entre 500 et 600 mètres.
Il y a toujours eu une importante circulation humaine dans le Harz pour l'exploitation des mines métalliques, mais aucune ligne de chemin de fer à voie normale ne traverse le massif qu'il faut contourner par l'est ou par l'ouest.
Au sud du Harz se développe, jusqu'au Thüringerwald, un bassin sédimentaire assez complexe, le bassin de Thuringe, avec des roches variées du secondaire.
A la lisière du Harz, à hauteur de Dora, le Kohnstein (il s'agit d'une épaisse couche d'anhydrite) culmine à 332 mètres et domine Dora au nord.
Au sud du camp, l'horizon se dégage au contraire, avec une plaine d'effondrement presque plate, la Goldene Aue
."

André SELLIER, Histoire du camp de Dora, La découverte, 1998, réed 2001, p40

Dora et Ellrich
Le camp de Dora et Ellrich avec les tunnels.

Le projet consiste à creuser 2 tunnels parallèles, du nord au sud et à les réunir au fur et à mesure du creusement par des galeries perpendiculaires régulièrement espacées.

On distingue le tunnel A à l'est et le Tunnel B à l'ouest. Les galeries perpendiculaires sont numérotées en chiffres arabes à partir du nord.

La longueur du chaque tunnel est de 1 800 mètres environ et chaque galerie adjacente mesure 150 mètres.
Il existe une galerie de secours qui part du tunnel A et aboutit sur le flanc est du Kohnstein.

Le creusement commence en 1936.

Dès la fin des années 30, la WIFO, société d'économie mixte, aménage les halls en dépôts d'hydrocarbures avec des réservoirs et des fûts d'essence.

Un million de mètres cubes d'anhydrite - sulfate anhydre de calcium- ont été extraits, soit plus de 3 millions de tonnes. Cette matière première fut exploité par IG Farben, l'industrie chimique allemande. Elle entre dans la production du plâtre et dans la fabrique d'engrais synthétiques.

Personne, parmi les détenus, n'a su comment les tunnels et galeries avaient été creusés. Des bruits variés ont couru dont l'idée que les Allemands avaient exploité des prisonniers soviétiques. Rares sont ceux qui y ont vu le résultat d'une activité minière banale.

entrée du tunnel
entrée du tunnel de Dora,
Source, association Dora, Buchenwald.