Pertes humaines et bilan à DORA
1ere image: l'Enfer de Dora 1943-1944.
" Sauver son âme.

Dans ce paysage de désolation où l'on rencontrait agonisants et morts, il fallait posséder une âme bien trempée. Pour ceux qui la perdirent, elle sombra, submergée, écrasée par l'instinct bestial où toute réflexion n'avait qu'un but : se nourrir.

L'attente de la ration quotidienne était une obsession. Son insuffisance, parfois son absence, transformait les cerveaux en distillerie de la peur ou en laboratoire de cuisine mirifique, pantagruélique.

Elle devenait un imaginaire prodigieux de frustration qui finissait par accroître la détresse, conduisait à la prostration, à la tristesse et à l'abandon.

Certains nouveaux arrivants à Dora, abattus par sa réputation, le visage décomposé par l'angoisse, perdaient l'envie de vivre. Dans leurs yeux, on décelait l'affolement des bêtes traquées. "
Jean FOUCAT (52320) Dora.

Pour nombre de déportés Dora avait l'image d'un très mauvais camp. C'est un chantier où l'on creuse les Tunnels pour produire les V1 et V2 avec une "mortalité effroyable" .
L'épouvante venait en effet de la rapidité avec laquelle la mort frappait les populations fraîchement arrivées, donc pas encore très affaiblie,  à Buchenwald et transportées à Dora.
Cette peur était renforcée par le nombre de victimes ainsi que par l'aspect des cadavres complètement décharnés trouvés à l'entrée du Tunnel.
2e image : le charnier de Nordhausen
Découverte macabre et totalement imprévue par les Américains au moment de leur offensive vers l'Elbe en avril 1945. Ils trouvent le 11 avril le charnier de la Boelcke Kasern. C'est là que les SS avaient rassemblé les détenus les plus faibles de Dora et des camps avoisinants. La zone bombardée avait révélée des corps décharnés dans les charniers.


Cadavres de la Boelke Kaserne le 11 avril 1945. Les cadavres sont alignés avant d'être inhumé par des habitants de la ville dans la fosse commune.

Le 14 avril, les troupes US trouvent une grange incendiée, où se trouve les restes des détenus qui y étaient enfermés et qui ont péri dans l'incendie.

charnier.gif (177806 octets)
La grange de Gardelegen, 13 avril 1945, une des 1016 victimes.
Photo: Armée américaine.

3e image: l'usine du Tunnel.
L'usine fut trouvée presque intacte par les Américains en avril 1945. Elle était demeurée secrète sous leur contrôle. Le 1er juillet 1945, la Thuringe passe sous contrôle soviétique; elle est encore demeurée secrète.

usine.gif (121455 octets)
photo de l'usine prise par un soldat américain à la libération 1945
congressmen.gif (96883 octets)
Visite de l'usine par l'armée US.
Source: National Archives, Washington.

En 1948, les russes ont emporté tout ce qui pouvait l'être et ont fait sauter quelques galeries
bombard.gif (84074 octets)
source: Dokumentationsarchiv, Nordhausen.

production et utilisation des V2
La production connaît un creux en juin juillet 1944. Il peut s'agir de la mise au point finale des V2 et que les 1ères fusées opérationnelles ont démarré en août 1944.

Bilan des tirs de V2 réussis
:
3255 dont:

1359 sur Londres, 44 ailleurs au RU
1696 en Belgique dont  1610 à Anvers.
156 ailleurs (19 sur Paris)

Par comparaison il y eut 21770 tirs de V1 réussis.

mois

production V2

01/1944 50
02/1944 86
03/1944 170
04/1944 253
05/1944 437
06/1944 132
07/1944 86
08/1944 374
09/1944 629
10/1944 628
11/1944 662
12/1944 613
01/1945 690
02/1945 617
03/1945 362