La fin de Dora
L'arrivée des convois d'Auschwitz et de Gross Rosen
Du 20 janvier au 2 février 1945 des détenus d'Auschwitz et des camps de l'Est sont évacués en direction de Buchenwald Dora du fait de l'avancée des troupes soviétiques. Les conditions de transport furent effroyables:
"Le trajet (...) dura 13 jours, nous touchâmes, une fois seulement, un demi pain et un peu de beurre rance. S'il n'y avait pas eu de la neige nous serions tous mort de soif. (...)Au matin, il n'était pas rare qu'il y eut par wagon de dix à vingt cadavres, victimes de luttes (...), ou morts de froid, de faim, de désespoir. (...) Quelquefois, des salves de mitraillette éclataient. Les SS tiraient sur ceux qui essayaient de se sauver en sautant par dessus bord. A la halte suivante, les cadavres étaient sortis des wagons."

Jules Hofstein, Témoignages Strasbourgeois, in André SELLIER, op.cit., p.270.

L'arrivée à Dora le 11 février ne nécessite aucun commentaire. Léon Halkin, ancien déporté d'Auschwitz à Dora raconte: "Dans mon wagon de 90 hommes au départ, il n'en restait que 62 à l'arrivée"

De nombreux détenus de Dora ont assisté à cette arrivée de quelques milliers de déportés d'Auschwitz. Tous évoquent leur état lamentable, la saturation du Revier de Dora qui en a découlé, ainsi que de celle du crématoire. Des bûchers et une fosse ont dû être installés pour faire face à la surmortalité engendrée par ce transport.


Dessin de La Pintière rendant compte des bûchers de Dora au moment de l'arrivée des convois d'Auschwitz et de Gross Rosen

L'évacuation d'Auschwitz amène également de nouveaux SS. Richard Baer, qui dirigeait l'évacuation d'Auschwitz, prend la place de Förschner qui est muté, à la direction du camp de Dora Mittelbau.

Se débarrasser des inutiles.
Pendant tout le mois de mars 1945, la SS de Dora a pour préoccupation majeure la chasse aux inutiles, aux malades nouveaux venus des camps de l'Est. Ceux ci sont envoyés à Nordhausen dans la Boelcke Kaserne. Tous les inaptes au travail font le voyage tandis que les travailleurs en usine qui résidaient encore à la BK retournent à Dora ou Harzungen.

Le 3 mars, un convoi de 1602 détenus arrivent d'Ellrich à la BK. Après avoir roulé quelques kilomètres, le train s'arrête. Les SS jettent au dehors des wagons les mourants, les cadavres. La colonne de détenus, bien diminuée, arrive ensuite au bâtiment. Dans les Blocks, aucune nourriture ni boisson n'est distribuée ce jour là. Les détenus couchent sur le ciment. Le 6 mars un convoi repart de Nordhausen avec 1184 détenus sur les 1602 arrivés 3 jours auparavant. 342 étaient déjà morts à la BK; il ne restait plus que 76 détenus à Nordhausen.

C'est également le temps de la traque aux complots et aux soviétiques du camp de Dora que nous avons déjà pu apercevoir dans le chapitre résistance et répression.